vendredi, 17 mars 2017 07:04

La défense collective des droits est menacé selon les groupes en Abitibi-Témiscamingue

La défense collective des droits est menacé selon les groupes en Abitibi-Témiscamingue FACEBOOK: RÉPAT

Les 12 groupes en défense collective des droits de la région ont organisé des actions à Rouyn-Noranda, jeudi.

Ces groupes n'ont pas reçu d'augmentation ni d'indexation de leur financement depuis 2003.

Selon leurs chiffres, les organisations régionales se sont appauvries d’environ 12 000$ depuis 13 ans.

Une situation qui mettrait en péril une vingtaine d’emplois.

À l'approche du budget provincial, ils réclament des engagements à long terme de la part du gouvernement ainsi que les 140 000$ supplémentaires dont ils ont besoin pour accomplir pleinement leur mission.

«Il y a des emplois en région qui sont menacés. Il y a un groupe au Saguenay Lac St-Jean qui vient de fermer par manque de financement, donc qui n'était pas capable d'assumer sa mission avec le financement que le gouvernement octroie. Les groupes sont reconnus par les milieux, ils ont été créés par la communauté. Ce n'est pas une question de mérite, c'est une question de besoin et en ce sens là le gouvernement doit rapidement investir,» explique l'agent sociopolitique au Regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue, Danik Laporte.

Au Québec on compte plus de 300 organismes qui ont largement contribué au modèle social québécois fondé sur les droits de la personne, l’égalité et la justice sociale.

Lu 163 fois